© 2020 - Isabelle Padovani - Au coeur du Vivant Sàrl - Email :   contact@acdv.sarl  - CGV - Politique de confidentialité

Rechercher
  • Isabelle Padovani

Rester chez soi... pour sauver des vies

Mis à jour : mars 23

🦸‍♂️ DISTANCIATION SOCIALE ET GESTION DE LA PANDEMIE : NOUS AVONS LE POUVOIR DE SAUVER DES VIES ! 🌞 Etre acteur d'un monde Nouveau, comprendre ce qui se passe actuellement et ne pas agir depuis la peur sont des expressions de la conscience. Mais ne pas poser d'actions concrètes au service de la communauté humaine relève pour moi de l'inconscience, en l'état actuel des choses. L'une des actions les plus simples à poser actuellement est de "faire retraite", de faire le choix volontaire de limiter nos interactions sociales, à un moment où nous pourrions contribuer, si nous ne le faisons pas, au déploiement exponentiel de ce virus et au dépassement des capacités sanitaires de nos pays. Que mon propos soit clair : je n'ai pas peur de ce virus. Je ne tiens pas des propos à visée alarmiste, vous pouvez vous en douter... surtout si vous avez écouté mon podcast de ce jour sur le thème "L'aube d'un Nouveau Monde" : https://youtu.be/K6IctsYgvx8 Simplement, je choisis de regarder en face la réalité de la situation actuelle : • ce virus est mortel dans un faible pourcentage des cas : on pourrait donc se dire que les gouvernements font beaucoup de battage pour quelque chose dont nous nous disons que ce n'est pas tellement plus grave que la grippe saisonnière • le souci est que, lorsqu'il passe en phase aigüe, avec détresse respiratoire, même un faible pourcentage de personnes atteintes, multiplié par des milliers de personnes contaminées, va conduire à ce que l'on dépasse la capacité d'accueil de nos hôpitaux : on se retrouvera alors dans la même situation de crise que celle que rencontrent les hôpitaux italiens • les analyses statistiques de sources multiples (voir les excellents articles ci-dessous) montrent que la diffusion du virus est exponentielle : ce faisant, si aucune mesure directe venant de la population n'est prise, nous allons infailliblement arriver à un dépassement de la capacité d'accueil des hôpitaux. En ce cas, même si des millions de personnes guériront du virus, des milliers d'autres, en phase de détresse respiratoire, décéderont faute d'avoir pu bénéficier de soins, et des milliers d'autres (souffrant d'affections n'ayant rien à voir avec le virus) décèderont faute d'avoir pu bénéficier de soins dans des hôpitaux débordés par la gestion du virus... Extrait du 4ème article dont je vous donne les références ci-après : "Environ 20% des cas nécessitent une hospitalisation, 5% des cas nécessitent une unité de soins intensifs (USI) et environ 1% nécessitent une aide très intensive, avec des éléments tels que des ventilateurs ou ECMO (oxygénation extra-corporelle). Le problème est que du matériel médical tels que les ventilateurs et ECMO ne peuvent pas être produits ou achetés facilement. Il y a quelques années, les États-Unis comptaient au total 250 machines ECMO, par exemple. Donc, si vous avez soudainement 100 000 personnes infectées, beaucoup d'entre elles voudront passer un test de dépistage. Environ 20 000 auront besoin d’hospitalisation, 5 000 auront besoin des soins intensifs et 1 000 auront besoin de machines qui manquent aujourd’hui. Et c'est juste avec 100 000 cas." Et, comme l'écrit l'auteur du 1er article dont je vous donne les références ci-après : "On a tellement de mal à s’imaginer une croissance exponentielle, c’est tellement peu familier dans nos vies quotidiennes, qu’on a aussi du mal à saisir l’impact positif gigantesque que peuvent avoir quelques gestes simples qui vont sauver des vies, alors que face à un phénomène dont la croissance est exponentielle, un geste simple donne aussi des résultats exponentiels. Des centaines de vies, voire des milliers, peuvent être sauvées en posant un acte individuel qui ne demande pas beaucoup d’efforts. Rien qu’en allant faire ses courses tous les 4 jours au lieu de les faire tous les jours, on divise par 4 les risques de transmission du virus, à son niveau. Rien qu’en marchant une fois sur deux au lieu de prendre les transports en commun, on la divise par 2. Et ainsi de suite. Le but n’est pas d’aller se cloitrer dans un bunker avec un masque à gaz. Mais juste de poser des gestes simples, qui ont pour effet de diviser les risques de propagation par deux, par quatre, ou même par dix." Diminuer les risques de propagation, c'est diminuer le nombre de personnes qui auront besoin d'aller à l'hôpital, diminuer le nombre de personnes qui auront besoin d'assistance respiratoire, bref, permettre que le système de santé ne soit pas dépassé par le nombre de cas et donc, permettre de sauver des vies !




Un extrait de l'article publié le 19/03/2020 par le président de l'ISNI (InterSyndicale Nationale des Internes") :

"Nous tenons à alerter la population du fait qu’il n’y aura pas de places en réanimation pour tous les patients graves quel que soit leur âge : les médecins devront faire des choix humainement très difficiles. Les jeunes en bonne santé présentent des formes mortelles. A l’heure où nous écrivons, plus de 900 personnes COVID+ occupent des lits de réanimation alors qu’il n’y en a que 5000 dans tout le pays."


"Au rythme actuel de progression de l’épidémie en France, les réanimations seront saturées dans moins de 15 jours, voire plus rapidement dans certaines régions."


"Nous terminons cet appel par une requête adressée aux Françaises et Français. Nous apprécions vivement les démonstrations de soutien que vous manifestez par des applaudissements à vos fenêtres. Si vous souhaitez réellement protéger les soignants, nous vous invitons à respecter un confinement total, et ce même malgré l’ambiguïté des messages diffusés par le gouvernement.

RESTEZ CHEZ VOUS : c’est le modeste prix à payer pour enrayer l’épidémie."

Pour ma part, à la lumière de ces éléments, c'est sans peur mais avec lucidité que je fais le choix de demeurer chez moi (au moins) pour les 30 jours à venir et de limiter mes contacts directs avec d'autres êtres humains. C'est ma manière, juste là, de contribuer à donner une chance à nos systèmes de santé de pouvoir faire face à cette épidémie en ayant les moyens de prendre soin des personnes qui en auront besoin.

Je vous laisse le soin de lire ces articles et de vous faire votre propre opinion.


L'article du Président de l'ISNI : 👉 https://isni.fr/appel-au-president-de-la-republique-pour-le-confinement-total-de-la-population/


Un résumé simple de la situation, donnant des infos claires : 👉 https://www.rejoinslemouvement.com/coronavirus/?__s=a2m4lzf4zytc75cksg4r Un article scientifique sur ce sujet, montrant l'impact réel de la distanciation sociale : 👉 https://sciencetonnante.wordpress.com/2020/03/12/epidemie-nuage-radioactif-et-distanciation-sociale/ L’article que je trouve le plus documenté sur ce thème : 👉 http://biotechbourse.fr/coronavirus-faut-agir/?fbclid=IwAR28NQOkFjvNNxfxiFi9HkAvQ_HOZZfN7T_da78mYvVI0EgJxa0dnZ3nU0M qui est une traduction en français de l’article original, en anglais : https://medium.com/@tomaspueyo/coronavirus-act-today-or-people-will-die-f4d3d9cd99ca 👉 Et un super article montrant de manière imagée ce que permet le fait de rester chez soi, comme soutien à nos services de soin :

https://www.post.com/graphics/2020/world/corona-simulator/ 👉 Enfin, si vous préférez voir une vidéo parlant de cela, en langage de tous les jours et pleine de bon sens, c'est par ici : https://www.facebook.com/osonscauser/videos/515455282491942/ De tout coeur, je fais le voeu que nos actions concrètes, posées de manière responsable, contribuent à ce que le début de ce temps de mutation pour l'humanité puisse se dérouler avec le moins de souffrance possible pour chacun... Avec amour, Isabelle Padovani 🌱 www.aucoeurduvivant.com

2,919 vues